De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic

Etrange de se dire que sa jeunesse appartenait à une autre époque, un autre siècle, un autre pays, alors que tout semblait si proche dans ses souvenirs. Les paysages étaient toujours les mêmes, les hommes presque identiques, mais l’URSS de son enfance avait explosé en de multiples fragments. Elle était devenue la Russie, l’Ukraine, la Biélorussie et tant d’autres pays encore. »

Chronique d’un thriller radioactif….

Pripriat était une de ces villes nouvelles sur laquelle l’URSS fondait de grands espoirs. Bâtie en 1970, elle n’avait de cesse de s’étendre. Mais, en 1986 l’avenir de Pripriat et de ses habitants allait sombrer. Tchernobyl. L’explosion. La ville est évacuée. De nos jours, elle reste pourtant fréquentée par des touristes d’un genre particulier. Quand, au cours d’une ces visites, un cadavre atrocement mutilé est découvert sur la façade d’un des bâtiments de cette ville devenue fantôme, passé et présent se retrouvent… Deux enquêteurs, deux motivations différentes, pour un thriller hors norme!

J’aime les thriller quand ils me transportent. Dans une intrigue, dans un univers, dans des réflexions. J’aime les thriller qui m’élèvent intellectuellement par des apports culturels et qui m’émeuvent. Pourtant, il est rare d’y retrouver tout ces éléments à la fois. Difficile en effet, pour un auteur, de réussir à allier le tout pour livrer un thriller qui sera, à mes yeux exigeants, parfait. Et il semble bien que Morgan Audic ait touché ma perfection thrilleristique avec De bonnes raisons de mourir.

Il y a tout ce que j’aime dans ce thriller. Un style vif et percutant. Un suspens qui emporte du premier mot au point final, sans que l’on puisse deviner ce qui se cachera avant le mot fin. Les personnages sont taillés dans le froid et la rigueur propre aux ex-pays de l’union soviétique. Ils sont durs, puissants tout en réussissant à toucher le lecteur de part leur sensibilité, leurs combats, leurs failles.

Ouvrir ce roman c’est plonger entre le bloc soviétique des années 80 et les conflits qui existent aujourd’hui entre ces pays. Conflits dont les premières victimes sont les civils. Leur identité qui est à retrouver, à reconstruire. C’est aussi plonger dans le drame de Tchernobyl, ses conséquences sur les populations, la faune et la flore. Ses conséquences économiques. C’est y lire l’hommage de Morgan Audic pour ces hommes qui ont donné leur vie pour sauver non seulement leur ville, leur pays, mais aussi l’Europe d’une catastrophe bien plus grande que celle que nous connaissons.

Ouvrir ce roman c’est s’interroger sur le conflit qui oppose la Russie à l’Ukraine. S’interroger sur le sort de ces femmes et de ces hommes qui, chaque jour, combattent dans l’ombre pour faire reconnaître leur identité, leur culture. C’est aussi s’interroger sur le nucléaire et les revendications écologiques.

Ouvrir ce roman c’est enfin se poser les questions de l’ abnégation, du sacrifice.

Ce thriller est, je vous l’assure, remarquable à tout point de vue. Je dois d’ailleurs vous avouer que j’ai regardé si Morgan Audic n’était pas le pseudo d’un auteur des pays de l’Est tant l’immersion est totale. Mais non, il s’agit bien d’un auteur français et breton. Je ne peux donc que mettre en lumière le remarquable travail de recherches, mais aussi sa capacité à m’avoir fait voyager au point que j’ai quitté notre douce France pour l’Ukraine le temps de la lecture.

De bonnes raisons de mourir est LE thriller de ce deuxième trimestre. Au-delà de cette intrigue remarquable, qui ne souffre d’aucune approximation, les sujets évoqués sont traités avec brio. Et si comme moi, vous aimez vous nourrir intellectuellement de vos lectures, je pense que ce thriller vous comblera. Alors n’hésitez pas, plongez au cœur d’une Ukraine morcelée et laissez vous bluffer par ce roman passionnant.

De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic, paru le 02 mai 2019 aux éditions Albin Michel.

11 Replies to “De bonnes raisons de mourir de Morgan Audic”

  1. Merci pour cette belle chronique petite soeur.
    Comme toi j’ai adoré ce roman comme j’ai aimé le premier de l’auteur.
    La découverte de ce début d’année c’est incontestable !

Répondre à Audrey Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.