Manhattan Chaos de Michaël Mention

C’est à cause du son. toute ma vie, je l’ai traqué. J’étais fou comme Dali, précis comme Robinson, et me voici amorphe comme une merde. Une sale merde dépressive, rongée par le mal: ulcère, pneumonie, diabète, tendinite, fractures, prothèse de hanche… on m’a soigné, bricolé un milliard de fois, mais ma chair n’a pas oublié. Et si je pèse cinquante kilos, c’est que j’ai des chaînes en or.

Chronique d’un putain de roman

New York, 13 juillet 1977. La ville agonise… Entre faillite, canicule, et le tueur Fils de Sam, les New-Yorkais suffoquent. Alors que la nuit tombe, le black-out surgit. Huit millions d’habitants sont plongés dans le noir. Une obscurité qui fait écho à leurs souffrances. Dans cette nuit de cauchemar, le célèbre Miles Davis sombre à son tour. La dépression le ronge comme une gangrène. En manque de blanche, il se risque dehors malgré les émeutes qui couvent. Débute pour lui une nuit de terreur, où passé et présent se mêlent pour entraîner Miles aux frontières de la folie…

Une putain de claque… Un putain de roman… Un putain d’écrivain… Oui je sais, ça fait beaucoup de « putain », mais ce roman m’a assommé. Enchaînement. Droite, gauche, droite, crochet. À peine le temps de reprendre mon souffle entre les lignes que déjà un uppercut m’atteint à la pointe du menton. Je m’effondre. Entraînée par la plume de Michael Mention, j’ai sombré dans la folie de Miles Davis.

Incisive. Brutale. L’écriture de Michael nous entraîne dans une course effrénée dans le chaos de Manhattan.Une lecture qui s’est faite en apnée. Des phrases très courtes. Parfois en un seul mot, imprimant un rythme soutenu. Aucun répit. Un enchaînement à la Trainspotting . Un putain de style.

La folie de Miles. Dans cette nuit sans fin, Michael Mention met en lumière les démons du célèbre trompettiste. Alors que sa carrière est au point mort, Davis sombre et s’enfonce. Survivre. À la rencontre du passé, Miles va lutter pour avoir un avenir. Le passé. Des drames. Le racisme. Des émeutes. Et le racisme, encore. Le racisme et l’inspiration de Miles.

Associé aux faits réels qu’utilisent Michaël, un coup osé. Un coup de maître. Un personnage. John. Il est à Miles Davis ce qu’était Jacob Marley pour Scrooge. Un fantôme? Un esprit? Une conscience? Autre chose? À cette question, je vous laisse découvrir la réponse en lisant Manhattan Chaos.

Des tortures de junkie du musicien à la folie qui s’est emparée de New-York. D’une quête d’héroïne en découverte de faits historiques, Michaël Mention nous offre un roman où le musicien et la grosse pomme se disputent la vedette. Un roman écrit avec les tripes. Ses tripes. Et ça se ressent.

Au son de la trompette de Miles, laissez-vous entraîner dans cette nuit de chaos. Cette nuit qui changera à jamais la vie du musicien. Une nuit qui, une fois le livre achevé, vous laissera avec le goût d’un putain de bon roman!

Manhattan Chaos de Michaël Mention, paru le 07 mars 2019 aux éditions 10/18.

6 Replies to “Manhattan Chaos de Michaël Mention”

Répondre à Van Landuyt Geneviève Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.