Octobre de Søren Sveistrup

Il ne saurait pas dire combien il y a de petits bonhommes et de petites bonnes femmes en marron posés sur ces étagères. Il y a des animaux, aussi. Des grands et des petits, enfantins et effrayants, certains achevés, d’autres difformes. Marius est fasciné par leur nombre et leurs différences. Ces figurines l’emplissent d’un profond malaise et, tandis qu’il les contemple, le garçon entre derrière lui. »

Chronique d’une enquête automnale…

Début octobre, banlieue de Copenhague, la police découvre le corps d’une femme, amputée d’une main. À côté du cadavre, un petit bonhomme en marron… L’enquête montre rapidement que cette figurine est porteuse des empreintes de la fille de la ministre des Affaires Sociales. Pourtant l’enfant a disparu il y a un an et est présumée morte. Naia Thulin Et Mark Hess, inspecteurs en charge de l’enquête sont rapidement confrontés à la découverte d’un second corps, amputé également, et sur lequel veille un bonhomme en marron…

Je lis assez peu de polars nordiques. Je suis souvent déçue par le manque de rythme. Octobre ne fait pas exception. Enfin, pas tout à fait. Si le premier chapitre frappe fort, le rythme retombe comme un soufflet. Pour autant, aucun ennui malgré les 633 pages que comporte ce roman. Les chapitres courts permettent de palier au manque de punch de la narration, de même que le suspens savamment distillé et l’intrigue qui m’a complètement transportée.

Søren Sveistrup nous offre une histoire complexe, nous baladant de fausses pistes en impasses jusqu’à un final assez surprenant. Un thriller très bien construit sur fond de politique mais aussi et surtout de protection de l’enfance.

L’auteur utilise également son récit comme levier pour évoquer les difficiles relations entre Interpol et la police danoise, et plus largement le manque de fluidité de la coopération internationale dans le domaine policier.

Les personnages, complexes, ont de la mâche, des personnalités affirmés mais aussi des blessures qui les rendent profondément humains et palpables. Côté police, l’auteur met l’accent sur le flair policier mais aussi l’aspect carriériste de certains haut gradés.

Si les descriptions des personnages restent sommaires, Søren Sveistrup détaille largement les lieux, les paysages, un peu trop parfois. Pour autant, ces représentations sont la plupart du temps utiles au lecteur afin de se projeter totalement dans cet univers aux couleurs chatoyantes de l’automne.

Octobre est un thriller intelligent, avec une construction complexe qui se lit rapidement grâce à une intrigue addictive et une bonne dose de suspens. L’histoire et les méandres dans lesquelles nous emporte l’auteur pallient largement au manque de rythme dans la narration.

En ce début de printemps, Octobre fait une entrée remarquée dans le monde des polars venus du froid!

Octobre de Søren Sveistrup paru le 01 mars 2019 aux éditions Albin Michel.

2 Replies to “Octobre de Søren Sveistrup”

Répondre à Ophélie Cohen Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.