Ma vie sera pire que la tienne de Williams Exbrayat


Quand il voit la tonne de barbaque qu’il a sous les yeux, les attentats à la télé et toute cette merde capitaliste qui a noyé l’individu dans les biens de consommation, il se dit qu’il n’y a plus d’humanité depuis des lustres- il n’y a que des hommes et des communautés avec des intérêts contradictoires – et que Dieu est définitivement absent de ce monde

Chronique d’un paradoxe

Un trio de marginaux avec à sa tête un anti héros, propriétaire d’un chien alcoolique, s’attaque à une villa histoire de mettre du beurre dans les épinards. Manque de pot, il s’agit de la villa de Patron, docteur ès trafic de stups et parrain du coin. Parallèlement, un trio de braqueurs arborant des masques à l’effigie de nos présidents braque un casino… Fiasco. Deux histoires qui se croisent et s’entrecroisent pour vous montrer que leurs vies sont pires que la votre !

Williams Exbrayat nous livre un roman avec une construction qui désarçonne : recueil de nouvelles ? Roman ? La question se pose à la fin de la première partie.

Avec une plume noire, caustique et beaucoup d’humour, l’auteur nous entraîne dans une histoire étrange ou les cadavres humains rivalisent en nombre avec les cadavres de bières.

Le style est nerveux, rythmé par des phrases courtes. Les modes de narration varient au grès des envies de l’auteur ce qui a eu pour effet de me perdre parfois.

L’auteur évoque des sujets de fond très ancrés dans notre époque : politique, société, pouvoir, égocentrisme… Il nous offre, avec les trois présidents braqueurs, une satire politique et sociale de notre pays.

Une fois ceci expliqué, me voilà face à un paradoxe : j’ai adoré la plume, le style de l’auteur et je lui tire mon chapeau pour le culot dans l’exploitation des sujets de fond, la manière de les aborder. Pour autant, je n’ai pas adhéré à l’histoire dans son ensemble. Entre l’orgie de bière pour le chien et de meurtres pour le lecteur, l’histoire part un peu trop dans tous les sens pour moi et je n’ai pas été transportée.

Néanmoins, je salue la prise de risques de Williams Exbrayat avec ce roman. C’était osé et il l’a fait. En outre, j’ai vraiment été conquise par la plume qui entre langage soutenu, parlé fleuri et autres figures de styles, fait montre de beaucoup de talent.

Ma vie sera pire que la tienne de Williams Exbrayat, paru le 29 août 2018 en autoédition.

7 Replies to “Ma vie sera pire que la tienne de Williams Exbrayat”

    1. C’est vraiment dans l’histoire que je me suis perdue… Trop d’excès pour moi. En revanche une vraie belle écriture et un véritable style. Je lirai les suivants 🙂

Répondre à Les Lectures de Maud Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.